ImageSingulières 2018

vu par les étudiants d'ESJ PRO Montpellier

Arlene Gottfried brise le tabou de l’homosexualité chez les personnes âgées

Intime, avant-gardiste ou tendre, nous vous proposons de manière quotidienne notre image du jour. Aujourd’hui, les visiteurs se sont arrêtés devant une photo d’Arlene Gottfried. Décédée en 2017, cette grande dame de la photographie américaine a capturé l’excentricité perdue du New-York des années 70-80.

« Un couple d’homosexuels, vieux, qui s’embrassent dans la rue, c’est complètement tabou. Pour beaucoup de gens, ces choses peuvent être mal tolérées », lance Pierre, un visiteur, devant la photo d’Arlene Gottfried exposée à la Maison de l’image documentaire de Sète. En 1979, cette photographe new-yorkaise immortalise deux femmes âgées en train de s’embrasser. Un travail typique de cette photoreporter qui s’est toujours régalée des scènes pittoresques de la vie à New-York. Toujours avec un brin de provocation, elle a capturé des personnages bien souvent fantasques. Et s’est intéressée notamment à la communauté gay.

« Cette photo est pleine de paradoxe. Déjà, un couple de personnes âgées, c’est assez rare de les mettre avant. En plus, deux femmes, c’est exceptionnel. D’autant plus que cette image est ancienne. Même si elle avait été prise aujourd’hui, elle serait originale », estime Angela, une quinquagénaire réservée. Si l’amour n’a pas d’âge, parler de la sexualité – et de surcroît d’homosexualité – des personnes âgées reste transgressif. « La photo dégage quelque chose d’émouvant. On se dit que cette scène devrait être quotidienne, mais malheureusement elle ne l’est pas », regrette Dominique, un sexagénaire amateur de photographie.

De son côté, Jean-Michel explique qu’il s’agit d’une image en avance sur son temps. « C’est l’emblème d’une certaine vision du monde. C’est surprenant de la voir aujourd’hui, avec le décalage du temps. Dans une exposition sur l’évolution des sociétés, cette photo irait très bien. Les mots tendresse, modernité, liberté résument cette photo », estime-t-il.

À l’image de toute l’oeuvre d’Arlene Gottfried, cette photographie argentique se déroule dans un cadre urbain. Plus précisément, la scène se déroule sur Delancey Street, une artère de New-York. « Sur l’aspect graphique, c’est une photo de rue, elle va bien dans son sujet, avec une prise de vue rapprochée et un angle montant. On imagine que la photographe connaît bien ces deux femmes », analyse Jean-Michel. «Graphiquement, c’est une belle photo car une des femmes a les cheveux blancs et une robe sombre. A l’inverse, l’autre à les cheveux noirs et une robe claire. L’image est très bien équilibrée, c’est magnifique », s’enthousiasme Angela.

CÉDRIC RÉMIA ET SÉBASTIEN LUCOT

Exposition « Sometimes Overwhelming » d’Arlene Gottfried – Maison de l’image documentaire de Sète. Gratuit.

Crédit photo : Arlene Gottfried - Sometimes overwhelming
©Estate of Arlene Gottfried / Courtesy Les Douches la Galerie Paris Mommie kissing Bubbie on Delancey Street
New York, 1979

Next Post

Previous Post

© 2018 ImageSingulières 2018